Accueil
 COURS INFORMATIQUE
 Cours Algorithmique
 Cours ASP
 Cours CSS
 Cours HTML
 Cours PHP / MySQL
 Cours Réseaux
 Cours SQL
 Cours Visual Basic
 ARTICLES
  Conception de sites
  Droit & Internet
  e-commerce
  Société
  Strategies du web
  Technologies Web
  Marketing Web
 LIVRES
  ASP/ASP.Net
  C/C++/C#
  Conception de sites
  DHTML/CSS
  Gestion de Projet
  HTML/Internet
  Java/JSP/J2EE
  JavaScript/VbScript
  Juridique
  Marketing/Stratégie
  PHP/Linux/Unix
  Réseaux
  XML/XHTML/XSL
 NETALYA RECOMMANDE
Reussir un projet de site web

Cours Visual Basic N°1
Les particularités du langage objet

Auteur : Christophe Darmangeat Imprimer ce cours

Structure

En quoi un langage objet diffère-t-il d’un langage normal ? L’essentiel se situe au niveau de la manière dont les instructions (les procédures) sont déclenchées.

En C, par exemple, une application est constituée d’une procédure principale contenant la totalité du code (y compris par l’appel indirect à des sous-programmes). Les instructions écrites dans cette procédure principale sont exécutées les unes après les autres, jusqu’à la fin (je passe pudiquement sous silence l’improbable hypothèse d’un arrêt prématuré pour cause d’erreur).

Dans un langage objet, une application est constituée de multiples procédures. Il n’y a donc plus (ou plus forcément) de procédure principale. Chaque procédure est liée à un événement, et sera donc automatiquement exécutée lorsque cet événement se produit (exemples d’évènements : un clic sur un bouton, un double-clic sur une image, etc.).

Ces événements sont la quasi-totalité du temps liés à des objets. Un objet est, pour simplifier, un zigopaf graphique qui figure quelque part à l’écran (exemples : un bouton, une case, un " ascenseur ", une commande d’un menu, etc.)

Moralité : écrire un programme objet, c’est à 99 % définir :

  1. quels sont les objets qui figureront à l’écran
  2. ce qui doit se passer lorsque l’utilisateur agit sur ces objets via la souris ou le claveir.

A la différence d’un programme traditionnel, les instructions (en fait, les procédures liées aux différents événements possibles) ne seront donc pas toujours exécutées dans le même ordre : tout dépend de ce que fera l’utilisateur. Mais bien sûr, à l’intérieur de chaque procédure, les règles traditionnelles de programmation restent vraies. C’est déjà ça de pris.

Si vous avez bien compris ce qui précède, vous avez accompli 80 % de la tâche qui vous attend en ce second semestre. Non, ce n’est pas de la démagogie. J’ai bien dit : " si vous avez bien compris ".

Syntaxe

Les 20 % restant à comprendre concernent la syntaxe du langage.

A tout objet sont associées des propriétés, et des méthodes. Une propriété, c’est une caractéristique de l’objet. Une méthode, c’est une action possible sur l’objet. Les objets possibles, et pour chaque objet les méthodes et les propriétés qui s’y appliquent sont bien entendu définis par les rédacteurs de Visual Basic et non par vous. (Encore qu’un utilisateur averti de Visual Basic peut créer ses propres objets, propriétés et méthodes. Quand on en sera là, on verra…)

Prenons un objet d’usage courant, par exemple, un ministre.

Les propriétés d’un ministre sont : sa taille, son poids, son âge, le ministère qu’il dirige, le montant de son compte en banque, etc.

Les méthodes sont : le démissionner, lui verser des pots-de-vin, le suicider (il devenait trop gourmand…), etc.

Lorsqu’on fait référence à une propriété, ce peut être pour stocker cette information dans une variable, ou pour modifier cette propriété. Dans tous les cas, on écrit : objet.propriété

Pour stocker le montant du compte en Suisse du ministre Duchemol dans la variable Toto (définie pour les besoins de la chose en réel double), on écrira :

Toto = Duchemol.CompteSuisse

Toto est ici une variable, Duchemol le nom que nous avons donné à notre objet Ministre (on suppose bien entendu ici que le Ministre fait partie des objets que vous propose Visual Basic). CompteSuisse est une des nombreuses propriétés des objets de type Ministre prévues par Visual Basic.

Si l’on veut modifier une propriété, par exemple pour nommer Titi à l’Education Nationale, on écrira :

Titi.Portefeuille = " Education Nationale "

Certaines propriétés peuvent être des chaînes de caractères (comme ci-dessus), d’autres des propriétés numériques :

Titi.CompteSuisse = 20 000 000

Voire

Titi.CompteSuisse = Titi.CompteSuisse + 1000000

On peut aussi avoir des propriétés booléennes (avec deux " o ") :

Ministre.MisEnExamen = True

Passons maintenant aux méthodes. On retrouve la syntaxe de base : objet.méthode ; Toutefois, certaines méthodes exigent des arguments, d’autres non. Nous supposerons ici que la méthode Démissionner ne nécessite par d’arguments (c’est nous le chef, pas besoin de donner des arguments si on ne veut plus le voir). En revanche, Visual Basic nous dit que la méthode Suicider nécessite de préciser avec quelle arme. On obtient donc les syntaxes suivantes :

Ministre.Démissionner

Et

Boulin.Suicider (" Noyé dans 10 cm d’eau ").

Toute référence à des situations existantes serait bien entendu absolument fortuite.

Bon, maintenant, assez rigolé, au boulot.

Compilation et Interprétation

Lorsqu’on écrit une application Visual Basic (on ne traite ici que du cas standard, il en existe d’autres, mais qui sortent du sujet du cours), on crée donc un ensemble d’objets, et les procédures qui s’y rapportent. Lorsqu’on sauvegarde cette application, Visual Basic va créer un certains nombre de fichiers.

  1. Un fichier dit " projet " comportant l’extension .vbp (les plus fûtés d’entre vous reconnaîtront là l’acronyme de Visual Basic Project. Ils sont décidément très forts, chez Microsoft). Ce fichier rassemble les informations générales de votre application (notamment les lignes de codes)
  2. Un fichier par objet Form créé. Ne soyez pas si impatients, vous saurez très bientôt ce qu’est un objet Form. Toujours est-il que si votre application comporte six Form, vous aurez en plus du fichier " projet ", six fichiers " Form " à sauvegarder.

La destruction de l’un quelconque de ces fichiers vous portera naturellement un préjudice que l’on ne saurait sous-estimer.

Tant que votre projet est sous cette forme, vous pouvez naturellement l’exécuter afin de le tester et de jouer au célèbre jeu des 7 777 erreurs. Mais lors de l’exécution, le langage est ce qu’on appelle " compilé à la volée ". C’est-à-dire que VB traduit vos lignes de code au fur et à mesure en langage machine, puis les exécute. Cela ralentit naturellement considérablement l’exécution, même si sur de petites applications, c’est imperceptible. Mais dès que ça commence à grossir…

C’est pourquoi, une fois l’application (le " projet ") mis au point définitivement, VB vous propose de le compiler une bonne fois pour toutes, créant ainsi un unique fichier *.exe. Ce fichier contient cette fois à lui seul l’ensemble de votre projet, Form, code, et tutti quanti. Et il peut naturellement être exécuté sans l’ouverture préalable de Visual Basic.

Un projet terminé est donc un projet compilé.

Et qui, accessoirement, fonctionne sans erreurs.

Nous vous informons que ce cours constitue une œuvre protégée en France par le Code de la Propriété Intellectuelle, et à l’étranger par les conventions internationales en vigueur sur le droit d’auteur. La violation de l’un des droits d’auteur de l’œuvre est un délit de contrefaçon. Il est donc interdit, à titre privé ou public, de reproduire, copier, vendre, revendre ou exploiter, que ce soit dans un but commercial ou purement gratuit, ce cours, sauf accord exprès et préalable de son auteur.


Google
 
 RESSOURCES GRATUITES
 Caractères spéciaux
 Code Couleurs HTML
 Générateur Méta Tags
 Références HTML
 Scripts : ASP
 Scripts : Java Scripts
 PRATIQUE / OUTILS
 Salons Informatiques
 Astuces Windows
 TÉLÉCHARGEMENTS
 Utilitaires système
 Logiciels pratiques
 Jeux & démos
 INFOS SITE
 Contacts
 Mentions légales
 Qui sommes-nous ?
 PARTENAIRES
 Jeux et Jouets
 Murielle Cahen
 Cours d'anglais
 Droit NTIC
 Directeur Internet
 Australie
 Création site Internet
 VOD News
 Web Hostings